Le growl : Qu’est ce que le chant guttural ?

Le growl, le grunt, le sream, grindcore, black métal, la voix saturée, ce sont là des techniques, des effets un peu underground qui attisent la curiosité de plusieurs chanteurs. Cet article n’a pas pour but de vous donner un cours sur le chant guttural, mais bien de vous faire découvrir le growl. 

Sortons des sentiers battus un moment….

Plusieurs professeurs refusent de l’enseigner tandis que d’autres en ont fait leur spécialité. Pour ma part je l’ai essayé, parce que je suis curieuse, mais je ne suis pas adapte de cette technique. Premièrement, c’est exigeant vocalement et demande beaucoup de souffle et d’énergie. Bravo à tous ceux et celles qui pratiquent ce chant, vous êtes des champions de la voix! Pas besoin de vouloir chanter du métal pour essayer le growl.

Le growl peut être considéré comme un effet vocal ou une technique à part entière. C’est pourquoi je recommande absolument d’étudier cette technique avec un professeur certifié et spécialisé en chant guttural et en distorsion vocale. Le growl est une technique vocale avancée, qui n’est pas faite pour tout le monde.

Comment ce son, utilisé principalement en métal (death métal), est-il produit? L’utilisation du diaphragme est le principal pilier de ce genre de chant. Sans soutien le growl peut blesser le chanteur. Toute votre puissance réside dans votre diaphragme. Pour le growl, le chanteur devrait dans un premier temps comprendre sa propre voix et son fonctionnement pour éviter de faire n’importe quoi avec sa voix. Comprendre que pour produire ce son, il faut utiliser ses fausses cordes vocales (bandes ventriculaires ) Donc entendre dès le départ la différence entre le son des cordes vocales et celle des fausses cordes. Mmm…pas évident n’est-ce pas? Il faut aussi apprendre à détendre la gorge et à chanter de tout son corps. Le growl, comme toute les techniques, demande une discipline de fer, car dès que tu délaisses un peu les pratiques quotidiennes, tout est à recommencer, car le corps oublie rapidement les mécanismes.

ATTENTION…

Si le chanteur utilise uniquement ses cordes vocales, sa voix peut s’endommagée à tout jamais. Donc, malgré une très bonne technique ce gendre de chant n’est pas sans risque. Mais aucune technique vocale n’est parfaite. La méthode classique n’en fait pas exception.

Comment on fait?

Les premiers pas du growl sont simplement le fait d’imiter des sons de la vie quotidienne. Comme par exemple pousser un objet lourd, imiter un lion, un tigre, respirer comme le fait un gros chien ou simplement tousser volontairement. Tout commence aussi avec le raclement de la gorge (comme si vous aviez quelque chose de coincé au fond de la gorge) Puis le but est de tenir le son aussi longtemps que possible.

Par la suite, le chanteur ajoute des voyelles comme A,O,OU,EU. Ajoute des consonnes R, L, N. Je l’avoue ces exercices ne sont pas très sexy, mais c’est la base. Même si en écoutant ce style de chant on a l’impression que le chanteur se fait mal et s’arrache les cordes vocales, ne vous inquiétez pas, il n’en est rien ( du moins je l’espère). Pour trouver la résonance, on joue avec la position de la langue (en haut en bas), on joue avec les sons et le positionnement du larynx.

Le but du growl, c’est d’avoir la voix la plus grave, le plus bas possible, car ce qu’on recherche ici c’est un timbre de voix caverneux. Voilà pourquoi on utilise au départ un larynx très bas. Par contre, au fil des exercices, vous pourrez expérimenter différentes positions de larynx.

Donnez toujours de l’intensité et ne faites pas les choses à moitié. Il faut monter une marche à la fois et ne pas aller trop vite. Ce n’est pas après un mois que vous serez en mesure de sortir de réussir un growl parfait!

La question à mille dollars …..Comment savoir si on le fait bien?

Lorsqu’on on se lance tête baisée en distorsion vocale, en growl ou en sream, l’important c’est de se sentir bien vocalement. Si vous ressentez des picotements, de la sécheresse buccale, si vous avez envie pressante de tousser ( à moins d’avoir un rhume ou une grippe, mais alors vous ne chanter pas, right? 😉 il vaut mieux arrêter.

Par contre, il est vrai que lorsqu’on commence à faire de la distorsion on ressent toujours l’envie de boire de l’eau. C’est tout à fait normal. Il faut que le corps s’habitue à ce genre de chant. Donnez-vous le temps d’essayer et de comprendre ce que vous faites. Au début, on fait des erreurs, et cela fait partie de l’apprentissage du chanteur. Le but est de changer nos habitudes vocales pour intégrer en nous la technique. C’est ce qui est le plus ardu.

Faire quelques exercices de growl c’est bien, mais chanter avec cet effet dans une chanson c’est une autre paire de manches. Inspirez-vous en écoutant les chanteurs de death métal. L’écoute active de ce style de chant est la meilleure école!

Pour terminer sur une bonne note

Peu importe la technique vocale et le style de musique que l’on choisi d’apprendre, l’important c’est de toujours y aller en douceur au début et prendre soin de sa voix au quotidien avec des échauffements vocaux.

Psst: À ce que j’ai pu comprendre lors de mes recherches sur ce type de chant, il y a différents style de scream (Mid range growl, low growl, fry scream, pig squeal, inhale scream …)

Pour ceux qui sont passionnés par ce style de musique et de chant je vous suggère de visionner ce vidéo:

Pour aller plus loin:

https://www.melissacross.com/

https://thevocaliststudio.com/

https://kentamplinvocalacademy.com/

Musicalement,

Marie, Coach vocal

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s